Où va la neige?

On n’y pense pas nécessairement souvent, mais Montréal fait partie des villes de plus d’un million d’habitants sur lesquelles il neige le plus au monde. Malgré les mètres de neige qui tombent sur le territoire méridional québécois, nos activités suivent leur cours, à peine dérangées par le manteau blanc.

Au Québec, et en particulier à Montréal, la neige est perçue comme un déchet ou une matière qu’il faut traiter quotidiennement pour ne pas « polluer » la ville et la laisser fonctionnelle. Plutôt que de travailler avec la neige, nous travaillons contre celle-ci. Chaque année, des centaines de milliers d’aller et de retour entre les quartiers montréalais et les zones de dépôts sont effectués par des poids lourds pour libérer la ville de l’emprise de la neige.

J’ai eu la chance d’aller visiter la carrière Francon avec le groupe en atelier final du professeur Patrick Evans de l’École de design de l’UQAM. La carrière Francon est une gigantesque fracture sur le territoire montréalais qui accueille 40 % de toute la neige qui tombe sur la Ville de Montréal. L’énorme trou se situe dans Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension et occupe près de 20 % du territoire de l’arrondissement. Située aux abords d’un des quartiers les plus denses de Montréal, la carrière crée non seulement un casse-tête au niveau du transport et de l’accessibilité des zones urbaines à ses abords, mais crée un réel danger pour les citoyens à cause des camions qui sillonnent les parois. En effet, la carrière peut accueillir jusqu’à 200 camions/heure en période de déneigement.

La quantité de neige qui peut être recueillie dans la carrière est astronomique. Des millions de mètres cubes de neige peuvent y être déposés. Tellement de neige en fait, qu’il faut parfois plus d’un été pour la faire fondre, malgré les tentatives de dynamitage, d’arrosage et de tassement des monticules. Une fois à l’état liquide, l’eau est filtrée puis pompée dans le réseau d’égouts municipal. L’eau sera ainsi traitée avant d’être rejetée en aval de la ville.

Cet hiver, les étudiantes et étudiants de l’atelier prendront position en proposant des projets qui viseront à intégrer cette énorme infrastructure dans le paysage urbain de l’arrondissement.

Étiqueté avec : , , , , , , ,